Boulevard de la République, B.P.1142 (+253) 21 35 77 75 (+253) 21 25 01 44 ccomptes@intnet.dj Dimanche à Jeudi : 8h -17h

ACTUALITES

RAPPORT PUBLIC 2018 - CONFERENCE DE PRESSE : LA PRÉSIDENTE DE LA COUR DES COMPTES FAIT DES ÉCLAIRCISSEMENTS

Suite à la publication du rapport public de l’année 2018, la présidente de la Cour de Comptes, Mme Ismahan Mahamoud Ibrahim, a, lors d’une conférence de presse tenue ce dimanche au siège de la Cour des Comptes, apporté des éclaircissements sur les travaux de contrôle réalisés durant l’année 2018 .

Lors de la conférence de presse, Mme Ismahan Mahamoud Ibrahim a affirmé que ce document annuel et public insère également les contrôles budgétaires de la gestion de plusieurs fonds nationaux, dont le fonds pour la jeunesse et le fonds pour l’eau.

Selon elle, la Cour de Comptes a établit un rapport général annuel qui reprend les principales observations formulées lors des contrôles effectués dans l’année et les mesures préconisées pour remédier aux manquements, anomalies et dysfonctionnements relevés.

L’objectif principal est de renforcer la transparence et la reddition des comptes publics.

Le présent rapport est élaboré en application de ces dispositions. Le contenu, issu des rapports élaborés en 2017 découle de l’exécution du programme de contrôle de l’année 2016. Il est publié en 2018, a-t-elle dit.

"La Cour des Comptes, de par son mandat, a l’obligation d’informer le grand public sur le résultat de ses travaux de contrôle s’agissant de la gestion et de l’utilisation des deniers publics. Cette obligation de transparence et de responsabilité est consacrée par les textes fondamentaux de la République. Mais elle tient aussi son impulsion d’une volonté politique forte," a déclaré la présidente de la Cour des Comptes.

Elle a ensuite souligné que la stratégie nationale de développement, plus communément connue sous l’acronyme la Vision 2035 et en sa première déclination quinquennale, la SCAPE pour la période 2015-2019, indique que l'information comptable et budgétaire ne doit pas être une fin en soi, mais elle doit permettre de crédibiliser l'action publique.

 

Au delà de la crédibilité de l’action publique, c’est l’efficacité de l’action publique et la participation citoyenne qui alimente cette expression par un jeu démocratique robuste qui est de mise, car le travail de la Cour des Comptes garanti la transparence et l’intégrité en menant un contrôle indépendant des finances publiques et en annonçant ses conclusions publiquement.

En termes de résultats, j’évoquerai, a-t-elle dit, les deux thèmes principaux de ce rapport, à savoir la gestion des projets de développement et la gestion des fonds.

Il est à rappeler que les projets de développement contrôlés sont ceux logés au ministère de l’Agriculture et concernent la lutte contre la soif en milieu rural.

Ces projets se chiffrent à 84 317,6 milliards de francs Djibouti, ce qui accorde au secteur de l’eau et de l’agriculture la première place en termes de financements extérieurs.

La Cour des Comptes a identifié des espaces d’inefficience qui affectent le suivi des projets, des principes de reddition des comptes qui sont plutôt dérogés.

La recommandation principale tirée des conclusions du contrôle est de soumettre les agents d’exécution des projets au principe de reddition des comptes devant les organes publics compétents.

Les contrôles de l’année 2017 concernent particulièrement une série de structures dites « fonds » mises en place pour soutenir des politiques de développement dans des domaines sociaux d’importance. Ces fonds se chiffrent à 7,145 milliards FD entre 2011 et 2015.

Mme Ismahan Mahamoud Ibrahim a fait savoir que la Cour des Comptes a constaté que la création et le fonctionnement de ces dernières restent atypiques au regard du cadre légal de gestion des finances publiques.

Pour conclure, Mme Ismahan Mahamoud Ibrahim a souligné que le chef de l’Etat, premier destinataire de notre rapport, a exhorté la juridiction à exercer pleinement son mandat en matière juridictionnelle et a assuré à la juridiction son appui quant à la prise en charge des recommandations du présent rapport.

 

LE RAPPORT PUBLIC GÉNÉRAL 2018 EST TÉLÉCHARGEABLE ICI